Microlearning et Neurosciences : Bien comprendre pour mieux apprendre

Coraline
Responsable Marketing & Communication
Illustration : AdobeStock

Au cours de notre vie, nous apprenons un peu chaque jour, sans forcément nous en rendre compte, presque contre notre gré.

Nous apprenons lorsque nous observons quelque chose, lorsque nous prêtons attention à ce qui nous entoure, lorsque nous ressentons une émotion et même lorsque nous dormons.

Mais comment faire pour réussir à apprendre correctement lorsque nous le souhaitons ?

Nous possédons tous 86 milliards de neurones dotés chacun de 1 000 à 10 000 connexions synaptiques pour communiquer entre eux. Chaque jour de nouveaux neurones et de nouvelles connexions se créent. Cette machinerie complexe et incroyable permet à tout le monde d’apprendre. Mais encore faut-il que l’apprentissage utilise à bon escient toutes les subtilités de notre cerveau.

Dans cet article nous faisons un focus sur certaines connaissances en neurosciences qui ont un lien direct avec l’apprentissage pour mieux comprendre le fonctionnement de notre cerveau et du coup mieux apprendre.

Découvrez les leviers pour booster vos processus de formation professionnelle.

8 leviers pour booster la formation professionnelle avec les neurosciences

1- Comprendre la mémorisation

L’apprentissage est étroitement lié au processus de mémorisation. 

La mémoire nous sert à retenir, ou extraire de nos expériences passées, une information dont nous avons besoin dans le présent.

Il existe trois types de mémoire. La première est la mémoire sensorielle. Elle permet de retenir très brièvement (pendant quelques dizaines de millisecondes) les informations sensorielles liées à notre environnement immédiat. Par exemple, des lieux, des odeurs, des saveurs…

Ces informations sont ensuite transférées à la mémoire à court terme. La mémoire à court terme retient et manipule une quantité limitée d’informations pendant quelques secondes. 

Enfin les informations passent dans la mémoire à long terme.

La durée de stockage de la mémoire à long terme est, comme son nom l’indique, plus longue puisqu’elle peut aller de quelques minutes à plusieurs dizaines d’années.

Les informations maintenues et utilisées dans la mémoire à court terme peuvent provenir soit de l’environnement sensoriel soit des connaissances stockées dans la mémoire à long terme.

Le cerveau est un organe très complexe. Il est composé de cellules nerveuses, ou neurones, qui communiquent entre elles au niveau des synapses. 

La mémorisation d’une information résulte de la création de nouvelles synapses entre les neurones. On appelle cela la plasticité neuronale. Nous savons que plus une information est répétée régulièrement, plus les connexions neuronales créées sont renforcées et conduisent à une mémorisation à long terme. 

Faire appel à des connaissances déjà existantes lorsqu’on intègre de nouvelles informations va favoriser la mémorisation de celles-ci et donc permettre un meilleur apprentissage des nouvelles notions.

Un peu comme lorsque vous essayez de faire des macarons à la framboise pour la première fois quand vous êtes un expert des macarons au chocolat. Vous connaissez déjà la recette de base, vous aurez donc plus de facilité à mémoriser les modifications à apporter à la ganache.

2- Visualiser les actions

Visualiser une action c’est déjà apprendre sans s’en rendre compte. 

Lorsque l’on est immobile et que l’on visualise mentalement une action se faire ou lorsque l’on fait l’action nous-mêmes, ce sont les mêmes régions du cerveau qui s’activent.

L’apprentissage par la visualisation est très utilisé avec les enfants. Si vous avez des enfants, c’est certain qu’il vous est déjà arrivé d’ouvrir la bouche pour donner à manger à votre bébé ou encore de taper dans vos mains lorsque vous lui dites bravo.

À ce moment précis nous faisons appel aux neurones miroirs de notre progéniture.

Les neurones miroirs ont la capacité de s’activer aussi bien lorsque vous réalisez une action que lorsque vous l’observez. On appelle cela l’apprentissage par imitation

Ce qui marche excellemment bien chez les enfants, fonctionne également chez l’adulte. Pour apprendre de manière efficace il faut faire appel à nos neurones miroirs. L’idée étant d’observer un modèle d’action, de s’imaginer la faire, puis de la faire réellement.

3- Prêter attention

L’attention va agir comme un filtre des informations qui parviennent à nos sens ou que nous mémorisons. Plus scientifiquement elle est définie comme un processus au cours duquel nous traitons activement une quantité limitée d’informations. 

Se focaliser ou porter son attention sur un objet permettra de mieux le mémoriser.  

Il faut être vigilant toutefois à ne pas solliciter cette attention pendant trop longtemps. 

Lorsque nous nous concentrons, notre cerveau consomme énormément d’énergie et ne maintient son attention maximale (ondes bêta ou gamma) uniquement pendant 12 à 15 minutes. Au-delà de 15 minutes, il baisse sa fréquence (onde alpha) pour récupérer de l’énergie. 

Cette période de récupération varie entre quelques secondes et plusieurs minutes suivant l’activité et les stimuli externes.

Il est donc essentiel d’optimiser un parcours pédagogique en privilégiant des séquences ne dépassant pas 15 minutes avec une alternance entre la théorie et la pratique. Plus le cerveau est stimulé et de manière différente, plus il se développe.

4- Susciter les émotions

Les événements dont nous nous souvenons le plus sont ceux qui nous ont marqués émotionnellement. 

Nous nous souvenons plus facilement de notre premier baiser que de nos examens de fin d’année pendant nos études. C’est lié à l’intensité de l’émotion associée à cet événement.

Dans notre cerveau, il existe un neurotransmetteur appelé la dopamine. C’est une molécule biochimique qui permet la communication au sein du système nerveux. La dopamine va influencer notre comportement et plus particulièrement notre motivation. On appelle cela le circuit de la récompense.

Mais quel est le lien avec l’apprentissage ? 

Des études récentes prouvent que la dopamine serait à l’origine de l’apprentissage et qu’elle favoriserait l’attention et la mémorisation.

Ainsi, plus nous vivons des émotions agréables en formation, plus cela suscitera l’envie d’apprendre et donc cela favorisera l’ancrage mémoriel.

5- Stimuler les sens

Toute information est captée par nos sens, puis transformée en influx nerveux pour être acheminée au cerveau où elle sera analysée. 

Le fait de solliciter plusieurs sens simultanément favorise l’apprentissage. Par exemple, si j’écoute un podcast, ou si j’assiste à une conférence (qui fera appel à ma vue et mon ouïe), je mémoriserais mieux le contenu dans le second cas.

Selon de nombreux scientifiques, les expériences multi-sensorielles seraient plus complexes que les expériences uni-sensorielles. La phase d’encodage par le cerveau est enrichie et la mémorisation et l’apprentissage sont meilleurs.

6- Se reposer

Saviez-vous que lorsque nous dormons, nous ne faisons pas que dormir ?

Dormir favorise les connexions neuronales et permet aux neurones de se régénérer. Ceci va donc permettre de préparer le cerveau à apprendre et à encoder de nouvelles informations. 

De plus, pendant que le cerveau se régénère, il va consolider la mémoire des apprentissages faits pour en faire une mémoire stable et durable. 

Chaque phase du sommeil va jouer un rôle clé dans la mémorisation :

  • Le sommeil léger et profond (en début de cycle) vont favoriser la consolidation de la mémoire déclarative (nos connaissances)

  • Le sommeil paradoxal (en fin de cycle) va permettre la consolidation de la mémoire procédurale (nos compétences)

Il est donc très important d’accorder un vrai temps de repos à notre cerveau entre différentes phases d’apprentissage.

7- Bouger

Au même titre que le sommeil, l’activité physique améliore les capacités cognitives (dont la mémoire à long terme et l’attention).

Plusieurs études ont démontré que les capacités de mémoire à long terme, de raisonnement, d’attention et de résolutions de problèmes sont meilleures chez les sportifs. 

En effet, l’activité physique contribue à améliorer l’accès de glucose, qui est la principale source d’énergie, au cerveau. De plus, elle participe au maintien des neurones existants jeunes et en “bonne santé” et à la stimulation de la neurogenèse (formation de nouveaux neurones). 

Cependant, il n’est pas nécessaire d’être un sportif de haut niveau. 30 minutes d’exercice physique d’intensité modérée, marche, course à pied ou natation par exemple, deux à trois fois par semaine suffisent.

8- Corriger les erreurs

À l’âge adulte, les erreurs commises lors d’un processus d’apprentissage sont généralement liées aux traumatismes d’enfance (notes, évaluations, devoirs etc…). Mais c’est en faisant des erreurs que l’on apprend. L’important est de s’en rendre compte. 

Notre mémoire peut nous faire défaut et peut donc nous induire en erreur. C’est pourquoi il est important de tester nos connaissances en faisant appel à des quiz, des feedbacks ou des jeux et ainsi pouvoir corriger nos erreurs et mémoriser la bonne information.

Chez Dokki nous avons bien compris les différents mécanismes de notre cerveau. C’est pourquoi nous avons opté pour le microlearning comme méthode d’apprentissage dans notre application. En effet le microlearning, de par ses contenus courts, ses formats variés et son processus orienté vers l’action va permettre un ancrage mémoriel optimal et donc un meilleur apprentissage.

Vous souhaitez en savoir plus sur notre application de microlearning ? N’hésitez pas à demander une démo de Dokki.  

Contactez-nous !
Notre équipe d’experts reviendra vers vous rapidement.
Inscrivez-vous à notre newsletter, garantie sans spam ! 🎉
Inscription à la newsletter

Restez informé des dernières nouveautés de notre application Dokki et l’univers du micro-learning, inscrivez-vous maintenant à notre newsletter mensuelle.

Minute papillon…
... Avant d'accéder à la présentation de Dokki

Vous allez découvrir l’intégralité de notre application. Avant cela, nous vous demandons de remplir ce formulaire de contact pour que notre équipe puisse vous proposer par la suite, un essai gratuit ainsi que des offres complémentaires. Nous vous souhaitons d’avance une bonne découverte !

Essai gratuit
Prêt à embarquer dans une nouvelle expérience de formation ?

Vous allez recevoir une invitation pour essayer Dokki durant 14 jours. Suite à cela, notre équipe reviendra vers vous pour vous accompagner dans l’usage de l’application.

Félicitations

votre mail d’invitation a bien été envoyé !

Vous allez pouvoir entrer dans l’aventure
du micro et mobile Learning
pendant votre essai gratuit de 14 jours.

Nos équipes sont à votre disposition pour vous présenter tous les atouts et les fonctionnalités de Dokki